Tout savoir sur la déclaration 2035

Les auto-entrepreneurs doivent se plier à un certain nombre d’obligations. Comme tous les contribuables, ces professionnels sont également soumis à l’impôt. Quelques travailleurs indépendants doivent par exemple déposer une déclaration 2035 auprès des établissements compétents. Voici les informations à connaître sur cette formalité.

Quels sont les métiers concernés par la déclaration 2035 ?

La déclaration 2035 concerne uniquement les travailleurs indépendants dont les activités génèrent des bénéfices non-commerciaux (BNC). La plupart des prestataires de services sont soumis à cette formalité. On peut notamment citer les consultants, les médecins libéraux ou encore les comptables qui exercent en tant que freelances.

On note toutefois certaines exceptions. Si les recettes annuelles de l’auto-entrepreneur dépassent 70 000€, il est éligible au régime d’imposition réelle et un autre type de déclaration sera demandé par les autorités compétentes.

La pièce fournie à l’administration devra correspondre aux comptes tenus par le professionnel. Des justificatifs seront exigés. Si des incohérences sont constatées, des agents rattachés au centre fiscal procéderont à des vérifications.

Avant de remplir une déclaration 2035, il faut donc s’assurer que les comptes soient exempts d’erreurs d’écriture. Pour éviter ce désagrément, il vaut mieux se doter d’un logiciel de comptabilité dès le début de ses activités. De cette façon, la production des états financiers sera automatisée. De plus, l’auto-entrepreneur sera plus serein lorsqu’il devra déclarer son chiffre d’affaires.

Que contient la déclaration 2035 ?

La déclaration 2035 ne correspond pas à un bilan d’activité de l’auto-entrepreneur. Ce dernier n’a pas à détailler ses recettes ou ses dépenses. Il doit simplement présenter le chiffre d’affaires généré pendant l’année et énumérer les abattements auxquels il a droit. Les indépendants sous le régime de la micro-entreprise jouissent en effet d’une comptabilité simplifiée. Néanmoins, la pièce fournie à l’administration servira à signaler les charges réelles du professionnel. Cela permettra aux responsables de calculer la base imposable.

Aujourd’hui, la déclaration 2035 reste toutefois une déclaration contrôlée. À ce titre, certains justificatifs seront fournis en annexe. Les contribuables ne sont plus obligés de se rendre à un centre fiscal. Ils peuvent remplir une fiche en ligne et envoyer les pièces requises sous format électronique.

Comme évoqué plus haut, l’utilisation d’un logiciel de comptabilité facilitera grandement la tâche. Tous les états financiers demandés par l’administration seront obtenus en quelques clics. Par ailleurs, l’auto-entrepreneur n’aura plus à vérifier minutieusement ses comptes. Il recevra des notifications si l’outil détecte la moindre incohérence. On peut donc rapidement corriger les éventuelles erreurs d’écriture.